Ville / Newsletter du 1 Avril 2019

En France, la vidéosurveillance devient intelligente



En France, la vidéosurveillance devient intelligente
Souriez, vous êtes filmé... et analysé. Jusqu’ici des outils d’enregistrement passifs, les caméras de surveillance deviennent elles aussi « intelligentes » grâce à la reconnaissance d’images par ordinateur. Une technologie très développée en Chine, où la police a démontré pouvoir identifier une personne recherchée dans la foule d’un stade. Et qui commence également à s’implanter en France.

Dans les Yvelines, le syndicat mixte Yvelines Numériques a ainsi décidé d’implanter la vidéosurveillance dans une demi-douzaine d’édifices publics, dont des collèges, bureaux et casernes de pompiers. Cette « vidéo protection intelligente » n’affiche qu’un écran noir pour l’opérateur, sauf lorsque la caméra détecte de la violence (cris, gestes vifs, bris de vitre, personne à terre...). Si l’expérience s’avère concluante, elle sera généralisée à 116 collèges d’ici 2020.

Une surveillance un peu plus discrète, mais néanmoins inquiétante. Comme à Nice où le projet de « vidéosurveillance des émotions » a fait scandale. Développé par la start-up française Two-I, ce logiciel permet d’identifier avec 75 % de précision l’humeur des passants. Qu’ils soient heureux, tristes ou en colère.

Présenté comme un outil au service de l’action publique, comme pour mesurer le taux de satisfaction après la réfection d’une chaussée, le logiciel de Two-I peut aussi être utilisé à des fins commerciales ou de sécurité.
Pour l’antenne niçoise de la Ligue des droits de l’homme, cette analyse des émotions est une « fuite en avant qui n’apporte pas une once de sécurité supplémentaire, mais qui bafoue nos libertés ». Et un nouveau pas dans la surveillance de masse.

Sources :
https://www.le-lab.org/spots/la-vidosurveillance-en-qute-dintelligence


Les articles les plus récents