Bâtiment / Newsletter du 1 Juin 2019

JO 2024 : un village olympique bas carbone au nord de Paris



JO 2024 : un village olympique bas carbone au nord de Paris
Les Jeux Olympiques sont une vitrine internationale pour le pays qui les accueille. Et la France entend profiter de leur organisation à Paris en 2024 pour démontrer son savoir-faire en termes de ville durable et de transition écologique.

C'est en tout cas la promesse faite par le ministre de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, lors sur Marché international des professionnels de l'immobilier, qui se tenait à Cannes en mars dernier.

À cheval sur les communes de l’Île-Saint-Denis, Saint-Denis et Saint-Ouen, le futur village Olympique nécessitera la construction de 314 000 m2 de bâtiments neufs. Dans ce parc, le gouvernement entend que l'intégralité des immeubles de moins de neufs étages soient en bois ou en structure mixte bois-béton pour les bâtiments de plus grande hauteur.

Ce bois devra être issu de forêts françaises pour ne pas encourager le déboisement, et s'allier à d'autres matériaux bio-sourcés, tel le chanvre ou la terre crue. Les toitures seront « actives », c'est à dire capable de produire de l'énergie, d'êtres cultivées ou à minima de collecter l'eau pluviale. Et tous les bâtiments devront être réversibles afin de permettre leur utilisation au-delà des JO, avec la création de notamment 2200 logements familiaux dont 25% à 40% de logements sociaux.

Un chantier de taille et un véritable véritable défi face à l'échéance proche des Jeux. « La filière bois est en train de se structurer et elle sera prête », a assuré le ministre à BatiActu, tout en annonçant un assouplissement du cadre réglementaire grâce à la création d'un « permis d'innover ».
«Ce dispositif de la loi ESSOC incite les acteurs de la construction à innover dans leurs techniques de construction. Il leur permet de déroger aux objectifs de moyens très contraignants de la réglementation en atteignant le même niveau d’exigences autrement. [Il a été] fait en sorte qu’ils puissent se concentrer sur le résultat, et non sur les moyens pour y arriver ».

Enfin, ce chantier aura aussi une dimension sociale en facilitant la formation des jeunes et personnes éloignées de l'emploi aux métiers du bâtiment. Au moins 10% des heures travaillées leurs seront réservées. Et le ministre de conclure : « Ce projet, grâce au soutien de l’Etat s’inscrit tout à fait dans la trajectoire que nous devons dessiner pour le futur de l’urbanisme et de la construction en France, mais aussi, plus généralement, en matière sociale, environnementale et économique ».


 

https://www.lechodelabaie.fr/actualites/jo-paris-france-bois-2024/

https://www.batiactu.com/edito/jo-2024-gouve



Les articles les plus récents