Écologie / Newsletter du 28 Juin 2018

L’éclairage LED, un danger pour nos écosystèmes



Depuis quelques années, vous avez probablement troqué vos ampoules traditionnelles pour des lampes LED. Dans votre ville, ce sont sûrement elles qui assurent l’éclairage public. Vous les saviez plus endurantes, mais surtout, plus écologiques, car moins énergivores : une véritable révolution. Sauf qu’il y a un « mais », et pas des moindres : les LED seraient en train de bouleverser totalement notre écosystème.
 
Comme les humains, les animaux sont soumis au rythme du cycle du jour et de la nuit : ce cycle influence les comportements comme la reproduction ou les migrations. Or, la lumière de ces LED est tellement puissante, qu’elles émettent des fréquences de lumière très similaires à celles du jour naturel. Allumées la nuit, ces diodes rompent ce cycle nécessaire à l’équilibre des espèces.
 
Le problème est d’autant plus grand, que du fait de leurs atouts, nous avons tendance à utiliser de plus en plus de LED. C’est ce que l’on appelle l’ « effet rebond » : c’est moins cher, plus efficace. Résultat ? On en met partout. Aujourd’hui, plus d’un dixième des terres de la planète est éclairé par de la lumière artificielle, rapporte Nature – et presque un quart, si on considère les halos lumineux. Entre 2012 et 2016, le nombre de surfaces éclairées la nuit a crû de 2 % chaque année.
 
Des scientifiques ont constaté que les comportements d’animaux nocturnes tels que les papillons de nuit et les chauves-souris étaient modifiés : parmi ces dernières, certaines espèces sont contraintes de déserter les lieux où la pollution lumineuse est trop importante. Cette lumière tend aussi à désorienter les oiseaux ou les tortues de mer pendant leurs migrations.
 
Mais ce sont sur les insectes que les effets sont les plus mortels : en Allemagne, on estime que les effets de l’éclairage public peuvent causer le décès de plus de 60 milliards d’insectes sur un été, rapporte la revue Nature. La plupart finissent par se brûler sur les lampes, d’autres meurent d’épuisement, après en avoir fait le tour pendant des heures... Enfin, certains insectes pollinisateurs nocturnes ne peuvent plus remplir leur rôle, car ils sont trop attirés par les lampadaires de nos villes. Conséquence ? Une expérience menée par l’université de Berne en Suisse a montré qu’en éclairant des champs la nuit, les plantations produisaient 13 % de fruits en moins, car les insectes ne pollinisaient plus.
 
On le voit bien : c’est toute la chaîne alimentaire qui peut se retrouver perturbée pour des lumières souvent inutiles…
 
 
Sources :
https://www.science-et-vie.com/nature-et-enviro/pollution-lumineuse-les-reverberes-nuisent-aussi-a-la-biodiversite-6063
https://www.nature.com/articles/d41586-018-00665-7#ref-CR1
http://www.socialter.fr/fr/module/99999672/642/loin_dtre_si_qcoloq_les_led_sont_un_flau_pour_la_biodiversit
 
 


Les articles les plus récents