Énergie / Newsletter du 1 Juillet 2019

La loi Pacte simplifie l’autoconsommation collective



S’il est simple de produire sa propre énergie solaire et de vendre son surplus à EDF, les choses se compliquent quand l’autoconsommation devient collective et lorsque plusieurs bâtiments sont connectés à une même centrale solaire.
 

Jusqu’ici la loi ne permettait de distribuer son courant qu’à quelques dizaines de mètres, et les bénéficiaires devaient se regrouper en une personne juridique unique pour dialoguer avec Enedis. Des lourdeurs administratives que la loi Pacte, votée en avril dernier, vient de réformer.
 

Avec cette nouvelle loi, l’autoconsommation collective pourra s’effectuer sur un rayon d’un kilomètre, permettant la mise en commun des capacités de production de plusieurs toitures solaires.
 

« L’augmentation du périmètre va accélérer le rythme des expérimentations et permettre d’entrer dans une logique de gestion de projet, en travaillant non plus sur des hypothèses de tarif d’achat, mais sur des notions de coût de production du kWh et de retour sur investissement », estime pour Les Echos Lionel Guy, chargé de mission EnR à la FNCCR.
 

Les premiers intéressés sont les bailleurs sociaux, qui pourront ainsi facilement approvisionner leurs résidences en énergies renouvelables. Mais aussi les acteurs de la grande distribution ou les usines présentant une bonne orientation et une large surface de toit disponible.
 

« Un combat d’arrière-garde a fait traîner les choses, mais l’autoconsommation collective, créatrice de lien social, est très populaire auprès des consommateurs et des élus », assure aux Echos André Joffre, fondateur du bureau d’études Tecsol et président du pôle de compétitivité Derbi, dédié aux énergies renouvelables.
 

Sources :

https://www.lesechos.fr/pme-regions/actualite-pme/les-brumes-se-dissipent-autour-de-lautoconsommation-collective-1016761



Les articles les plus récents