Mobilité / Newsletter du 1 Mars 2019

Le monde rural peut-il se passer de la voiture individuelle ?



Né de la contestation de l’augmentation du prix du diesel et de la taxe carbone, le mouvement social des Gilets jaunes aura mis un coup de projecteur sur la dépendance du monde rural à la voiture individuelle. D'après l'Union routière de France (URF), plus de 90 % des ménages vivant dans des communes de moins de 5 000 habitants sont motorisés, et la moitié d’entre eux possède un deuxième véhicule. Or, dans Paris intra-muros, le pourcentage tombe à 37 % des ménages…

 

Nos campagnes seraient-elles intoxiquées à la voiture ? Le problème reste l’absence d’alternatives sérieuses de mobilité, alors que l’accès aux services de proximité (soins médicaux, poste, commerces) est en constant recul. Entre 9 % et 16 % des habitants en milieu rural ont accès à une ligne de transport collectif à moins d’un kilomètre de leur domicile, contre 96 % des habitants à Paris, selon le service de l’observation et des statistiques du ministère de l’Écologie (chiffres 2008).

 

Plutôt que de se lancer dans la construction coûteuse de lignes fixes de transport en commun, les collectivités locales commencent à réfléchir à d’autres solutions pour faciliter une mobilité respectueuse de l’environnement.

 

Pour encourager la marche et le vélo, les communes peuvent jouer un rôle clé, en construisant ou sécurisant des voies réservées (pistes cyclables, trottoirs). Et en réfléchissant à des moyens d’action sur les comportements, pour encourager les modes de déplacement actifs. Elles peuvent également soutenir les plateformes de covoiturage locales, en relayant les annonces et facilitant la mise en place d’un réseau de particuliers. Cette alternative intéressante pour les petits trajets permettrait également de recréer du lien social.

Enfin, l’installation d’une navette autonome pourrait résoudre la question du dernier kilomètre. Les usagers réservent à l’avance leur trajet, le van se chargeant d'optimiser son parcours en temps réel.

 

La transformation des modes de déplacement doit également s’accompagner d’un rapprochement des lieux de travail et de consommation. Installer des centrales de services publics, des commerçants itinérants et des espaces multiservices permettrait de redynamiser les hameaux et communes rurales.

 

Sources :

 

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/mobilites-le-monde-rural-peut-il-se-desintoxiquer-du-tout-voiture-800563.html

https://www.alternatives-economiques.fr/transport/la-voiture-reine-du-rural-et-du-periurbain-201605261600-00003527.html

https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/dependance-a-la-voiture-en-zone-rurale-quelles-solutions-803217.html

https://reseauactionclimat.org/wp-content/uploads/2017/04/Les-solutions-de-mobilite%CC%81-soutenable-et-milieu-rural-et-pe%CC%81riurbain.pdf

 



Les articles les plus récents