Écologie / Newsletter du 1 Février 2019

Le transport aérien s’envole, mais retombera-t-il ?



Va-t-on vers une nouvelle crise du transport aérien ? C’est en tout cas l’opinion de Bernard Attali. L’ancien président d’Air France (1988-1993) et frère jumeau de Jacques Attali alerte en effet dans Les Echos sur les risques d’une croissance insoutenable du secteur.
 
« En 1987, le nombre de passagers par an atteignait 1 milliard. En 2005, le cap des 2 milliards était franchi. Il n’a fallu que huit ans pour passer à 3 milliards, en 2013. D’après les prévisions de l’Iata, plus de 7 milliards de personnes auront voyagé en 2035, soit le double en quasiment vingt ans », constate Bernard Attali.
 
Une croissance exponentielle qui s’explique notamment par l’essor du marché asiatique. La Chine connaît ainsi une croissance du nombre de passagers de 10 % par an depuis 2011. Et ce chiffre atteint même 20 % par an sur certaines lignes intérieures indiennes.
 
L’Europe verra, selon lui, ses aéroports arriver à saturation dès 2023. A l’exception notable de l’aéroport de Roissy-CDG qui dispose de quatre pistes, lui assurant encore une marge de croissance.
 
La nouvelle est évidemment bien accueillie par les constructeurs comme Airbus ou Boeing, qui anticipent un doublement du nombre d’appareils de plus de 100 places. Ils devraient ainsi passer de 21 450 en 2018 à 48 000 en 2037. Mais beaucoup plus fraîchement par les compagnies aériennes qui font face à une pénurie de pilotes et des exigences sociales toujours supérieures.
 
S’y ajoute la question de la sécurité. Le doublement du transport aérien correspond aussi à un doublement du risque de crash ou d’attentat. Et le secteur peine aussi à suivre sur ces dossiers, comme le montre l’absence d’harmonisation européenne du contrôle aérien, en chantier depuis plus de vingt ans.
 
Reste enfin la question de l’environnement. Le transport aérien est actuellement le mode de transport le plus polluant par passager. Et si rien n’est fait, sa pollution, qui représente déjà 3 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, devrait tripler d’ici 2040.
 
Pour l’ex-PDG, « un jour viendra où il faudra réinventer une régulation du transport aérien à la hauteur de l’enjeu ».
 
Sources :
https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/0600036765128-le-transport-aerien-est-au-bord-de-lasphyxie-2218973.php
 
 
 
 


Les articles les plus récents