Bâtiment / Newsletter du 1 Mai 2019

Les personnes précaires représentent-elles un marché pour l’immobilier ?



Il y a parfois des mariages pour le moins étonnants. Le promoteur Quartus, spécialisé dans la construction de résidences privées, vient d’annoncer un partenariat avec Coallia. Une association dont la mission est de « faire progresser par le logement l’ensemble des publics fragiles ».

 

Fondée en 1962, elle est la première structure d’accueil pour les primo-arrivants. Coallia gère en plus des centres d’accueil des foyers de travailleurs migrants, des résidences sociales, des pensions de famille, des résidences pour jeunes et des établissements médicalisés pour personnes âgées. Pas moins de 288 sites en tout. Ce qui fait beaucoup d’immobilier à gérer.

 

« Coallia a dû se restructurer parce qu’elle mobilisait trop de ressources sur l’immobilier », résume à Libération Bruno Pelletier, directeur général de la nouvelle branche Quartus Solidaire. Et c’est pourquoi elle s’est associée à une entreprise experte de son domaine pour construire des logements.

 

La rentabilité du projet n’est pas évidente, comme l’admet le président de Coallia et ancien préfet d’Ile-de-France, Jean-François Carenco. Pourquoi ? Car il faut loger « les sans domicile fixe en fin de vie, les prostituées qui veulent s’en sortir, les mineurs non accompagnés…. D’une manière générale, pour les sans-abri, que se passe-t-il après l’hébergement d’hiver ? Où vont les gens ? Nous avons besoin de partenaires pour cet après », précise-t-il.

 

« C’est un engagement de vouloir venir opérer sur ce genre de marché », répond Bruno Pelletier. Un engagement, mais pas une charité. Certes, « ce n’est pas rémunérateur et le retour sur investissement se fait sur quatre ou cinq ans, mais nous ne perdrons pas d’argent ».

 

Le type d’habitat que produira Quartus pour Coalia n’est pas encore arrêté. « C’est une nouvelle catégorie de produits, qui peuvent être spécifiques ou intégrés à des programmes immobiliers », explique Sandrine Lespérat, directrice de communication de Quartus.

 

« On s’en servira aussi pour des résidences pour les étudiants ou les seniors. » Créer un nouveau marché est aussi une forme de réalisme. « Aujourd’hui, le modèle économique du promoteur immobilier, c’est d’aller vers cette demande dont la croissance sera exponentielle. » Car ces « produits » d’un nouveau genre concerneront bientôt selon lui « les petites classes moyennes ».

 

Le promoteur Quartus est également connu pour avoir remporté la rénovation de l'hôtel de Fourcy de la place des Vosges, dans le cadre du concours Réinventer Paris 2. En partenariat avec Habitat et Humanisme, le promoteur y mènera un projet de gite urbain et de résidence sociale. Ouverture d’ici 2023.


 

Sources :

 

https://www.liberation.fr/france/2019/03/17/les-populations-fragiles-nouveau-marche-pour-les-promoteurs-immobiliers_1715420


 



Les articles les plus récents