Lifestyle / Newsletter du 1 Février 2019

Ultra-mobilité, nouvelle(s) façon(s) de travailler : qui influence l’autre ?



« Peut-on travailler différemment parce que l’on est mobile ou peut-on être enfin mobile parce que l’on travaille différemment ? » : c’est la question posée par Stéphanie Auxenfans, directrice générale de Multiburo, dans un article publié par La Tribune.
 
Pour cette dirigeante d’espaces de coworking, la numérisation de l’économie entraîne des effets paradoxaux. Alors que celle-ci aurait dû limiter la mobilité, en permettant à chacun de travailler depuis chez soi, elle semble au contraire encourager celle-ci. De plus en plus de travailleurs effectuent des déplacements professionnels, grâce à la facilité d’usage des applications qui permettent en quelques clics de réserver une place à bord d’un VTC ou d’un avion. Et cette même ubérisation remet en cause le concept traditionnel de carrière au sein d’une entreprise.
 
Et pourtant, on observe un regain d’intérêt de ces mêmes travailleurs pour des lieux et un cadre fixe : « Malgré ces possibilités, on constate que le bureau reste quand même une demande réelle. Car plus on a la capacité de travailler “de n’importe où”, plus on a besoin à un moment ou un autre de retrouver un cadre et ses collègues », explique Stéphanie Auxenfans.
 
Une aubaine pour les quelque 1 800 tiers lieux qui font de la France un des champions du secteur. Encore faut-il qu’ils soient desservis par ces mêmes flux de mobilité. Et face à cette problématique, les initiatives les plus intéressantes émanent souvent de villes ou de pays, et non d’entreprises.
 
Mulhouse a ainsi mis en place un bouquet de transports qui rajoute le covoiturage à l’offre de transports publics. Le gouvernement belge a lui instauré un forfait mobilité avec paiement dans les tiers lieux « liant de fait le sujet de la mobilité, du travail, du digital et du lieu », analyse Stéphanie Auxenfans.
 
Au final, ultramobilité et démobilité sont pour elle deux aspects d’un même phénomène de numérisation de l’économie. Et aucun ne devrait l’emporter à terme. Car si le monde professionnel impose d’être mobile, « le luxe est de ne plus subir ses déplacements ».
 
Sources :
https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/mobilite-numerique-evolution-des-modes-de-travail-et-nouveau-lieux-l-oeuf-et-la-poule-797969.html
 


Les articles les plus récents